Enseignants en classes ordinaires travaillant avec des élèves de SEGPA - Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie
Site du Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie
Rubrique: Accueil > Politique Éducative > Besoins éducatifs particuliers > Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap > Enseignants > Enseignants en classes ordinaires travaillant avec des élèves de SEGPA

Enseignants en classes ordinaires travaillant avec des élèves de SEGPA

Quand l’enseignement est une source de plaisir et de gratification, il peut constituer, pour les élèves de SEGPA, un domaine de réussite qui favorise leur évolution positive en termes d’acquisition de compétences, de changement d’image de soi et d’inscription symbolique dans des pratiques sociales.

Les adolescents de SEGPA

Les adolescents de SEGPA manifestent une grande disparité d’attitudes et de modes d’engagement.

Certains présentent une tendance à l’hyper investissement : cela correspond à une tentative de pallier des difficultés d’élaboration, à la fois sur le plan intellectuel et imaginaire. Cette forme d’engagement s’avère souvent un obstacle à l’entrée véritable dans un processus d’apprentissage et d’acquisition de nouvelles compétences.
D’autres, au contraire, présentent des attitudes de passivité et d’inhibition. Ces conduites de retrait révèlent un manque de confiance en soi et, parfois, un rapport au corps douloureux, marqué par des expériences difficiles.

Par ailleurs, ces adolescents posent avec une acuité particulière un problème d’hétérogénéité des compétences, certains se révélant très performants alors que d’autres sont en grande difficulté.

Toute discipline peut donc être vécue de façon négative et dévalorisante. La participation de tous les élèves aux activités proposées n’est pas acquise d’emblée. Des réactions de passivité, de refus ou de contestation peuvent alterner avec des réactions d’engouement et d’exubérance. La fluctuation et l’instabilité de ces comportements expriment des difficultés d’adaptation et peuvent révéler chez les élèves une certaine charge d’angoisse qu’ils n’arrivent pas à réguler. Ainsi se manifeste la fragilité des mécanismes d’adaptation et de l’estime de soi.

Une démarche d’enseignement adaptée

Une démarche d’enseignement est adaptée dans la mesure où elle prend en compte les modalités d’investissement et d’acquisition des élèves. C’est une démarche d’innovation, qui fait appel à l’expérience professionnelle de l’enseignant, fondée à la fois sur sa connaissance disciplinaire et sa compétence psychopédagogique.

Les adaptations passent par la capacité de l’enseignant à traiter les contenus d’enseignement, à diversifier les entrées et les procédures d’apprentissage, à varier les situations proposées et à contrôler sa distance relationnelle vis-à-vis des élèves. Il s’agit d’intégrer, dans le traitement didactique de la discipline, les difficultés et les composantes personnelles qui infiltrent les situations vécues par les élèves ; en d’autres termes, de concilier les exigences et le sens possible de l’objet d’apprentissage avec les caractéristiques du public concerné.

Ces adaptations ne sont pas spécifiques à la SEGPA mais revêtent une importance particulière avec ces élèves, dont la réussite est très liée à la pertinence du choix des activités et de la démarche d’enseignement.


Évaluer les acquis, les possibilités et les difficultés de l’élève

L’évaluation des compétences de l’élève, des difficultés qu’il rencontre et des ressources qu’il peut mobiliser permet à l’enseignant d’adapter ses objectifs, ses contenus et ses démarches.
Effectuée dès le début de l’année, l’évaluation accompagne l’enseignement de façon continue, pour apprécier les évolutions et réorienter éventuellement les projets conçus pour et par l’élève.
L’évaluation dite sommative constitue un ensemble de points de repères stables et permanents par rapport auxquels l’élève peut se situer. Sa pertinence, concernant l’adolescent de SEGPA, tient au fait que celui-ci se leurre parfois sur son niveau.
D’autre part, il se juge souvent de façon tranchée : il sait faire ou il ne sait pas, c’est tout ou rien. Les critères d’une appréciation plus nuancée sont donc à construire. C’est l’objet de l’évaluation dite formative, dont la fonction est d’informer l’élève sur les résultats de son action, à partir de repères peu nombreux et aisément compréhensibles.
Pour apprécier la solidité de ce qui a été acquis par l’élève, il est souvent intéressant de lui donner l’occasion de renouveler ses réussites dans des conditions identiques. Ces dernières sont ensuite plus ou moins diversifiées, pour évaluer sa capacité à s’adapter à différents contextes.

L’évaluation doit rester positive ! Ces élèves ont souvent une vision très négative d’eux mêmes, laquelle est renforcée par les « mauvaises notes » qu’ils reçoivent depuis plusieurs années… Sans leurrer l’élève sur ses résultats, l’enseignant peut choisir d’être bienveillant là encore. Une note en dessous de la moyenne ne devrait pas être prise en compte et sa responsabilité pourrait être partagée par l’enseignant : « je ne te compte pas cette note car elle était en dessous de la moyenne et si tu n’as pas obtenu une bonne note c’est aussi parce que je n’ai pas bien réussi ma mission d’enseignement sur ce point-là » !

Intervention conjointe d’un enseignant spécialisé et d’un professeur PLC sur une classe de SEGPA

Cette formule présente l’avantage d’offrir une complémentarité des interventions, le professeur PLC connaissant mieux le traitement didactique des activités et l’enseignant spécialisé ayant une connaissance plus approfondie des élèves. Ces conditions sont favorables à la recherche de contenus et de situations mieux adaptés aux réalités des élèves et à leurs potentialités.
L’enseignement peut ainsi être plus individualisé.

Intervention partagée d’un enseignant spécialisé et d’un professeur PLC sur un groupe formé pour moitié d’élèves d’une classe de collège et pour l’autre d’élèves d’une classe de SEGPA.

Cette formule, recommandée dans les textes en métropole, permet la rencontre des élèves. Il faut toutefois être attentif à ce que ce ne soit pas la juxtaposition de deux groupes. À cet effet, elle doit notamment être poursuivie sur une durée suffisante.
Il convient de veiller à ce que les élèves de SEGPA, sous prétexte d’inclusion, ne soient pas en échec après avoir été répartis dans plusieurs classes ordinaires.

Dans tous les cas, ne restez pas seul si vous rencontrez des difficultés avec ce public.
N’hésitez pas à vous appuyer sur l’expertise de l’équipe de SEGPA, à demander à participer aux réunions hebdomadaires, à proposer l’expérimentation de modalités pédagogiques qui vous sembleraient intéressantes pour ces élèves…
En cas de besoin un accompagnement peut également être demandé auprès du service ASH du vice-rectorat. Contacter alors le CMAI ASH (tel 26 62 16 ou Gabriel.Avilez1@ac-noumea.nc ).

Mise à jour : 4 avril 2017