Mieux comprendre certains troubles - Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie
Site du Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie
Rubrique: Accueil > Politique Éducative > Besoins éducatifs particuliers > Adaptation scolaire et scolarisation des élèves en situation de handicap > Enseignants > Mieux comprendre certains troubles

Mieux comprendre certains troubles

Troubles des apprentissages (Accès au support de la formation 2017)

Définition
Les troubles des apprentissages correspondent à une atteinte durable et persistante affectant une ou plusieurs fonctions cognitives. Ces troubles cognitifs neuro développementaux perturbent l’acquisition, la compréhension, l’utilisation et le traitement de l’information verbale ou non verbale. Ils ne s’expliquent pas par des facteurs externes. Ils surviennent chez un enfant d’intelligence normale, et normalement scolarisé.

Les troubles des apprentissages ne résultent pas :

  • d’une mauvaise formation scolaire ;
  • d’un contexte familial défaillant ;
  • d’un manque de volonté d’apprendre.
    Ils doivent être distingués de la « simple » difficulté.

On distingue entre autres :

  • La dyslexie/dysorthographie : trouble d’apprentissage du langage écrit (lecture, transcription)
  • La dysphasie : trouble du développement de la parole et du langage entraînant une restriction notable d’acquisition du langage expressif (ce que l’on produit) et/ou réceptif (ce que l’on comprend)
  • La dyspraxie : trouble de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires. (Lien pour l’EPS).
  • La dyscalculie : trouble des outils de logique mathématiques
  • Le T.D.A.H : trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité
  • Les troubles des fonctions exécutives (trouble de la planification, du traitement séquentiel, et de la mémoire de travail)
    Les élèves concernés par ces troubles peuvent avoir besoin d’aménagements individualisés dans leur scolarité et parfois leur vie sociale, d’où la nécessité d’un repérage précoce.

Comment faire :
Les troubles des apprentissages retentissent non seulement sur les fonctions qu’ils affectent, mais aussi sur la confiance en soi de l’élève d’où l’importance d’une prise en compte par les enseignants et des aménagements de la scolarité. L’élève pourra ainsi s’adapter et apprendra à contourner ses faiblesses par l’utilisation de ses forces. Ceci lui permettra alors de connaître des succès aussi bien sur le plan scolaire, professionnel ou social et ainsi de favoriser son estime de soi.
Dans tous les cas, il convient d’éviter absolument les doubles tâches : réaliser une tâche consiste à accomplir une action (intentionnelle) dans le but d’atteindre un objectif. Il est impossible de réaliser deux tâches en même temps, sauf si l’une d’entre elles est complètement automatisée (marcher par exemple).
Chez les élèves qui présentent des troubles des apprentissages, certaines actions ne sont pas automatisées (l’écriture, le fait de focaliser son attention ou d’inhiber les distracteurs, la lecture). Ils se trouvent en difficulté lorsqu’ils doivent réaliser ces tâches en même temps qu’une autre : écrire tout en écoutant, ou en lisant par exemple.

Les aménagements pédagogiques sont contractualisés par le dossier APTA.

Troubles envahissants et troubles du spectre autistique

Définition
Les troubles envahissants du développement et les troubles du spectre de l’autisme recouvrent un ensemble de syndromes regroupés dans la classification internationale des maladies (CIM 10) sous le terme de « troubles envahissants du développement » (TED). Ces syndromes sont variés, dans les manifestations cliniques (nature, fréquence et intensité), les troubles associés, l’âge du début des troubles spécifiques ou leur évolution. Ils se caractérisent néanmoins tous par :

  • une atteinte qualitative importante et précoce du développement des interactions sociales et de la communication,
  • la présence de comportements répétitifs et d’intentionnalités restreintes,
  • un traitement sélectif et séquentiel des informations et des afférences sensorielles, que l’individu coordonne parfois avec difficulté.
    Cliniquement, « la triade autistique » caractérise les troubles envahissants du développement : « Un déficit des interactions sociales, de la communication et des particularités des intérêts et des activités qui entravent le développement de l’enfant et engendrent, sa vie durant, des handicaps sévères et lourds de conséquences pour lui-même et la vie familiale. »

L’hétérogénéité du développement est caractéristique chez les élèves avec TED et est à l’origine d’une dyssynchronie des champs cognitifs, instrumentaux et de la communication.

Comment faire :
Les troubles inhérents aux enfants avec TED conduisent l’enseignant à avoir des attitudes, des stratégies pédagogiques spécifiques (différentes de ses pratiques habituelles). Devant cette situation, il paraît souhaitable de préparer l’arrivée de cet élève en expliquant aux élèves de la classe, et avec l’accord de l’élève concerné et sa famille, quelles sont ses particularités, en insistant sur le trouble de la communication (altération de la compréhension orale et de l’expression) et sur la difficulté à se socialiser. Les enfants accepteront plus facilement la différence et un système de tutorat pourra se mettre en place. La qualité de l’accueil et de l’environnement permettra à l’élève avec TED de s’adapter au rythme commun, d’ajuster au mieux ses conduites par le biais des identifications notamment. Il s’agira de présenter cette initiative comme un échange, car l’élève avec TED dispose de compétences dont peuvent bénéficier ses pairs. La présence d’un élève handicapé dans la classe amènera tous les élèves à poser un autre regard sur la différence. Ils trouveront là l’occasion d’exercer leur esprit civique, d’apprendre la solidarité, le respect de l’autre.
L’enseignant devra fixer un cadre de travail dans lequel l’élève avec TED pourra se repérer, et acquérir des habitudes. Des adaptations sont également nécessaires tant sur le plan pédagogique que sur le plan technique.

Troubles des conduites et des comportements

Définition
L’Organisation mondiale de la santé.
La notion de trouble des conduites et des comportements s’applique à « des enfants, adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages.
Ces enfants, adolescents et jeunes adultes se trouvent, malgré des potentialités intellectuelles et cognitives préservées, engagés dans un processus handicapant qui nécessite le recours à des actions conjuguées et à un accompagnement personnalisé ».
Toutefois, les troubles des conduites faisant référence à la transgression des règles sociales sont à distinguer des troubles du comportement liés à des réactions émotionnelles inadaptées.

Les problématiques des élèves ayant ces troubles peuvent se décrire autour de deux axes :

  • des difficultés psychologiques dont l’intensité et le caractère durable des manifestations
  • perturbent leur scolarisation et leur socialisation, qu’elles s’expriment sur un mode d’extériorisation ou de retrait ;
  • des interactions complexes entre leurs difficultés personnelles, leur comportement et leur environnement, qui génèrent des risques de rupture familiale, scolaire et/ou sociale.
    Ce processus handicapant implique nécessairement la mise en œuvre de moyens éducatifs, thérapeutiques et pédagogiques conjugués pour restaurer leurs compétences et potentialités, favoriser le développement de leur personnalité et rétablir leur lien avec l’environnement ainsi que leur participation sociale.

Comment faire :
La situation d’apprentissage comporte plusieurs aspects interdépendants : affectif, social et cognitif.
Les difficultés comportementales manifestées, subies par la classe, par l’enseignant et surtout par l’élève lui-même, nécessitent que soit posé clairement un cadre contenant, réassurant, sécurisant. Le travail sur les règles de vie, largement pratiqué, doit se poursuivre toute l’année.

Mise à jour : 24 août 2017