La Nouvelle-Calédonie dans la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) - Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie

logos du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, de la République française, et du vice-rectorat


Histoire

La Nouvelle-Calédonie dans la Seconde Guerre mondiale (1940-1945)

LE RALLIEMENT À LA FRANCE LIBRE (1940)

Malgré les pétainistes, des comités sont fondés par les Néo-Calédoniens favorables aux idées de la France Libre. Le général de Gaulle envoie alors Henri Sautot qui vient d’obtenir le ralliement des Nouvelles-Hébrides. Il proclame officiellement le ralliement de la Nouvelle-Calédonie à la France Libre le 19 septembre 1940.

Nombreux sont les volontaires qui s’engagent dans le corps expéditionnaire du Pacifique (le Bataillon du Pacifique).

Les Néo-Calédoniens, les Tahitiens, les Néo- Hébridais constituent le Bataillon du Pacifique. Ils s’illustrent dans les sables du désert (Bir-Hakeim) et en Italie (Monte-Cassino) puis ils participent à la libération de la France après le débarquement de
Provence. De nombreux Néo-Calédoniens servent également dans les Forces Navales Françaises Libres tandis que d’autres s’engagent dans des commandos comme les SAS britanniques.

LE TEMPS DES « AMÉRICAINS » (1942-1946)

Pour contrer l’avancée japonaise dans le Pacifique, les États-Unis font de la Nouvelle-
Calédonie le pivot de la défense puis de la contreattaque alliée.

Le 12 mars 1942, un important convoi de 17 000 hommes, sous les ordres du général Patch, débarque à Nouméa qui devient alors le quartier général du Pacifique. Des aérodromes sont aménagés (Tontouta, Magenta, plaine des Gaïacs...). Des dépôts de munitions et de carburant occupent tous les docks disponibles.

Des centres hospitaliers sont installés à l’Anse-Vata, à la Conception, à la Dumbéa, au nord de Bourail, sur la côte Est et dans l’extrême Nord.
Quel bouleversement dans la vie monotone du pays ! Après une période de restriction alimentaire, voilà que sont distribués à travers toute l’île, chocolat, chewing-gum, coca-cola, glace (ice cream) sans oublier le whisky !

Les Américains introduisent la mécanisation dans le monde agricole. Ils débroussent
avec le bulldozer et plantent avec leurs engins mécaniques.

Des contacts ont lieu aussi avec les tribus, les Kanak reçoivent des salaires payés en dollar jusque-là inconnu. À partir de 1944, le théâtre des opérations s’éloigne de la Nouvelle-Calédonie.
L’année 1946 est marquée par le départ des derniers GI’S et le retour des volontaires
néo-calédoniens.

JPEG - 5.7 ko
Le quartier général US, le "Pentagone", sur la plage de l’Anse-Vata (1943)

Mise à jour : 20 janvier 2015

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères