3/03/04

Pratiques sociales de référence

RÉFÉRENCE CULTURELLE

APPROCHE CULTURALISTE DE L’EPS

 

PRATIQUES SOCIALES DE RÉFÉRENCE :

Notion importée du champ des sciences physiques par J. L. MARTINAND. Les disciplines scolaires font référence, pour établir leur programme, au savoir existant dans le champ social. En l’absence de savoirs identifiés susceptibles d’étayer ses contenus, l’EP fait appel aux pratiques sociales existantes et en particulier aux sports ou aux activités artistiques. Ceci pose le problème du choix de ces pratiques et de leur traitement pour être enseignées ainsi que la définition du savoir en EPS. (voir transposition didactique)

 

RÉFÉRENCE CULTURELLE: (projet d’innovation académique de Lyon)

Les APS font partie intégrante du patrimoine de l’humanité, elles ont une histoire et appartiennent de ce fait à la culture. Or l’accés de tous à la culture sportive est un point fondamental des I.O, ce qui suppose qu’on les transmette par l’école car ces pratiques sociales jouent un rôle important dans la socialisation/personnalisation des enfants. Chaque APS est définie par un ensemble de contraintes sur le mode de déplacement et sur la manipulation des engins utilisés. Par exemple, du volley au rugby les comportements peuvent s’interpréter a partir de la latitude de plus en plus grande laissée au joueur pour se déplacer et contrôler le ballon. Ces contraintes imposent des comportements mentaux et moteurs pour gagner le match.

Certains de ces comportements sont plus efficients (efficaces et économiques) que d’autres. Ils peuvent servir de support aux apprentissages moteurs à condition de ne pas dénaturer l’APS qui leur a donné un sens. Ces comportements sont intéressants comme supports d’enseignement dans la mesure où ils sortent de la motricité ordinaire des individus ce qui n’est pas le cas par exemple dans les jeux traditionnels. La notion d’apprentissage peut exister car les élèves ne trouveront pas tous seuls les solutions techniques que les hommes ont mis des générations à élaborer. (voir courants de l’EPS)

 

APPROCHE CULTURALISTE DE L’EPS

(Revue EPS N° 281 Jan - fév 2000)

La publication des programmes de lycée a été l’occasion pour les différents courants   de préciser, de confronter, leur conception de l’EPS. Le SNEP (PORTES …), L’INRP (MERAND , MARSENACH, DHELEMMES …) L’Académie de Lyon (GOIRAND, METZLER…) etc... préconisent une approche culturaliste de l’EPS qui postule que l’individu se construit en tant qu’être social en se confrontant à la culture qui fait le lien entre les hommes, même si c’est pour la critiquer ou la contester.

Le travail de construction de connaissances et de compétences nécessaire à la résolution des problèmes posés par les différentes APS, constitue l’activité de l’élève. Cette activité est l’occasion pour l’enseignant et l’élève de viser des objectifs plus larges, c’est à dire de viser la formation globale de l’individu. C’est l’expérience pour tous les élèves d’une transformation de soi par soi en partant des compétences spécifiques à l’APS pour aller vers les compétences générales.

Dans le programme des Lycées, le GTD (Groupe de Travail Disciplinaire, mis en place par le Conseil National des Programmes, pour élaborer les programmes de chaque discipline scolaire) s’engage dans une voie différente en distinguant deux types de compétences: les compétences originales de la matière (compétences A ou compétences spécifiques dans le programme collège) et les compétences qui entretiennent un rapport à la règle individuelle et collective (compétences B ou compétences générales dans le programme collège). Cette différenciation s’appuit sur le constat que certains adolescents vont chercher à produire la meilleure performance possible quand d’autres vont chercher l’épanouissement personnel. Autrement dit les APSA peuvent se décliner sur le pôle de l’efficacité pour certains élèves ou de l’épanouissement personnel pour d’autres. La priorité étant accordée par le GTD aux compétences B, c. à d. à l’épanouissement personnel.

Les APSA ne sont alors que le prétexte à vivre des expériences motrices personnalisées avec une minoration du pôle apprentissage pour une partie des élèves, alors que pour le SNEP, tout élève a le droit d’accés à l’efficacité personnelle.

Le SNEP souligne le danger pour la profession d’une approche généraliste car le ministre de l’éducation vient de proposer l’arrivée d’animateurs sportifs en plus des      professeurs d’EPS pour initier les élèves aux sports. « Aux profs une EPS de base psychomotrice, généraliste, aux intervenants le plaisir la vie, le sport. »

Retour